Sur les traces du Grand paon de Nuit ...

Publié le par minigribouilli.over-blog.com

mai 142

 

Une chance de vivre à la campagne, nous avons pu observer cette très belle chenille, sortie tout droit d'Alice au pays des merveilles. il y a 3 jours. Longue d'environ 15/20 cm, verte avec des poils bleus presque fluos, elle fait penser à un petit cactus...

 

chenille

 

Chenille du grand paon de nuit, observée à Montels, (34) le 5 juilet 2012

 

juillet 051

 

juillet 052

 

Après quelques recherches, nous avons découvert que cette chenille est celle du "Grand paon de nuit", que nous avions eu l'occasion de photographier en mai dernier, posé sur un tronc de frêne... A quelques pas de l'endroit où nous avons observé cette chenille.

 

Voici les photographies du Grand PAON DE NUIT !!

Comme on peut le remarquer, ses tâches imitent des yeux de vertébrés, leurre de protection...

 

mai 141

 

Grand paon de nuit, observé à Montels, (34) au mois de mai 2012

 

 

 

mai 143

 

Une belle rencontre....

 

Un peu plus d'informations sur ce beau spécimen, issu du site "Balades entomologiques", que je vous invite à visiter si vous êtes curieux !

http://www.baladesentomologiques.com/article-grand-paon-de-nuit---saturnia-piri-46687718.html

 

  • C'est le plus grand papillon d'Europe. Il peut atteindre 15 cms. d'envergure. Ce lépidoptère au vol silencieux a des ailes larges, arrondies, épaisses et veloutées, aux teintes brunes, grises et beiges. Ses ailes sont frangées de blanc-sale et marquées de grandes ocelles foncées. Les antennes sont quadripectinées et fauves pour le mâle et brièvement pectinées pour la femelle, dessins des ailes analogues.

    Le Grand-paon-de-nuit se rencontre surtout dans le Midi et en particulier sur les tilleuls et les amandiers, au moins en ce qui concerne ma région du Lubéron (04).

    La chenille est aussi très grosse : 12 à 15 centimètres de long. C'est une bête magnifique. Noire dans son jeune âge, elle devient ensuite d'un beau vert-jaune brillant. Ses anneaux portent chacun six pyramides charnues plus ou moins marquées et qui se terminent chacune par un bouton d'un bleu-émail. Enfin, chacun de ces boutons est hérissé de quelques poils raides et noirs, dont un est très long, un peu contourné et légèrement épaissi en massue à l'extrémité. Elle vit sur les arbres fruitiers en général, et affectionne plus particulièrement l'amandier. Cette chenille accumule l'énergie qui servira à la perpétuation de l'espèce car l'imago qui sortira du cocon au bout de 285 jours (9 mois environ pour mon observation) est, en effet, incapable de se nourrir. Le vol du mâle à la recherche de la femelle, dont il détecte le parfum (phéromones) à plusieurs kilomètres de distance, est ainsi l'une des innombrables formes d'utilisation de l'énergie solaire captée et stockée par des processus biochimiques. Que ce soit par sa faculté de détecter quelques molécules de parfum perdues dans un océan d'effluves, ou que ce soit par sa faculté de transformer les radiations solaires en énergie vitale , je pense que ce papillon de la nuit détient beaucoup de secrets.

    Pour se mettre en nymphose, la chenille du Grand-Paon-de-nuit se renferme dans un cocon tissé entre les feuilles repliées d'un arbre. Son cocon, formé de fils entrecroisés ressemblant à du crin, contient au bout de quelques temps une matière dense et arrondie que l'on sent libre à l'intérieur en secouant légèrement le cocon...
    Au repos, le Grand Paon de nuit tient ses ailes à plat. Il attend la nuit pour voler et emploi le mimétisme leurre pour se préserver (voir rubrique "mimétisme" du "journal entomologique".

    Quelques genres botaniques que fréquente la chenille : l'amandier, l'aubépine, le prunellier, le prunier, le cerisier, l'abricotier, le frêne...

    orientation : Les papillons nocturnes utilisent la réaction du "compas solaire " pour se diriger, c'est-à-dire en recevant l'image de la lune en un point de leur rétine et en maintenant ainsi leur direction.Ils décrivent une spirale logarithmique pour s'approcher d'une source lumineuse. Les éclairages artificels sont néfastes pour les papillons nocturnes.

    Une paille dans une meule de foin !
    Les phéromones qui attirent le Grand-paon-de-nuit à 10 kilomètres et plus représentent une molécule par mètre cube d'air. Mais le papillon est aussi influencé par les vents et les courants aériens. ( Remy CHAUVIN )

  • Chez les papillons de nuit, les ailes postérieures auraient essentiellement pour avantage d’autoriser des manœuvres d’esquive.
    OPIE

  • L'imago du Grand-Paon est donné pour voler d'avril à juin. Mais il a été observé en juillet 2008 à Soulac-sur-mer (33) et en août 2009 à Briantes (36).

  • Une petite remarque liée aux ocelles :
    En ouvrant brusquement ses ailes pour montrer ses "yeux" (ocelles) au prédateur, le grand-paon-de-nuit montre des "yeux" qui ne correspondent pas à ceux de son espèce, à la structure des siens véritables, il expose des yeux de vertébrés !
    Toutefois "les ocelles sont des taches qui ressemblent à des yeux. Ces taches circulaires, fixes et brillantes, constituent un instrument typique de fascination. Les ocelles ont une puissance fascinatrice, le cercle fixe est naturellement hypnotisant" (R.CAILLOIS)
    Ce qui n'explique pas tout.
  •  
  • grand paon de nuit b-copie-1

    Des "yeux" de vertébré !  Bizarre non ?

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article